« prévention des douleurs séquellaires du cancer du sein par auto-massages et auto-étirements.»

Estelle BOTTON Algo-cancérologue
26 Rue d'Ulm 75005 Paris
01 56 24 55 00
e.botton@rennes.unicancer.fr
Dr Estelle Botton, algo-cancérologue. Valérie Simonnet, infirmière référente douleur. Aurélie Chiffoleau, kinésithérapeute.
Professionnels Prise en charge de la douleur
317

Présentation synthétique de votre projet

Les douleurs séquellaires du cancer du sein sont fréquentes: 44% des patientes à distance des traitements (cf étude Torres-Lacomba, 2010). Dans notre expérience, ces douleurs séquellaires, sont très souvent dues à des syndromes myofasciaux touchant dentelé antérieur, grand pectoral et grand dorsal et pour lesquels la prise en charge par auto-massage et auto-étirement quotidiens apporte un réel bénéfice. La prévalence de ces douleurs post-cancer du sein ne diminue pas malgré le changement des techniques chirurgicales (ganglion sentinelle, préservation du 2ème nerf intercostal...) et des techniques anesthésiques (bloc para-vertébral...). L’objectif principal de cette étude est de démontrer que l’apprentissage et la réalisation quotidienne en post-opératoire précoce (J15 environ), des techniques d'auto-massage des points gâchettes des muscles dentelé antérieur, grand pectoral et grand dorsal associée aux auto-étirements de ces mêmes muscles, diminue la fréquence de survenue des douleurs.

Publics visés par le projet

Critères d'inclusion : 1. patiente opérée d’un cancer du sein, tumorectomie ou mastectomie 2. pas de douleur avant l’intervention Critères d'exclusions : 1. douleur chronique supérieure à 3 mois 2. dépression ancienne ou semi-récente 3. antécédent de chirurgie du sein

Nombre de patients touchés par votre projet

100

Présentation des objectifs et bénéfices visés

Diminution de la prévalence des douleurs de la paroi thoracique avec diverses évaluations dont EN, DN4. Avec évaluation de l'impact sur: - mobilisation de l’épaule - incidence du lymphoedème - qualité de vie - reprise du travail

En quoi votre projet est-il facilement reproductible et déployable en France ?

Si on montre l'efficacité de cette technique en préventif, elle est déployable de façon très simple en éduquant précocement les patientes avec un coût égal à zéro, une toxicité égale à zéro (= armes thérapeutiques écologiques) et une autonomisation rapide des patientes. A noter une très bonne reproductibilité après formation rapide des médecins et kinés responsables.

En quoi votre offre de soins de support se démarque-t-elle sur le terrain ?

Prise en charge pluri-disciplinaire faisant intervenir l'équipe douleur (médecin et infirmière) et le kiné formé aussi à la prise en charge du lymphodème. Méthode préventive non toxique autonomisant les patientes.

Comment se caractérise la souplesse d'organisation de votre projet vis-a-vis des patients ?

Unité de lieu (chirurgie au RDC, consultations douleur au 2ème étage). Kiné et IDE douleur à temps- plein, médecin douleur à 80%.