Rire pour mieux vivre

Marjorie Ciallis roudier Infirmière coordinatrice de soins en cancérol
39 avenue de la sénatorerie 23000 guéret
0632333937
marjorie.ciallis@gmail.com
Une secrétaire, une infirmière coordinatrice, une qualiticienne, un informaticien
Soutien psychologique
240

Présentation synthétique de votre projet

Participant à des groupes de patients dont l'objectif est de mettre en lumière ce qui les aident, les a aidés ou aurait aidés, l'un des patients a suggéré des séances de "rigologie". Cette idée a suscité en moi l'envie de monter ce projet sur mon département. Au vu de la pauvreté de l'offre en soins de support en ville sur notre département, et de la précarité sociale, je souhaiterai pouvoir mettre en place de façon gratuite pour nos patients des séances de "rigologie . Tout d'abord en ville, dans un local, avec un groupe de 10 personnes, animés par un professionnel formé (présent dans le département), à raison de 2 séances par mois, sur une période de 3 mois renouvelable si besoin. Mon objectif est de l'évaluer au bout de 3 ou 6 mois, afin de pouvoir l'étendre par la suite aux proches, mais aussi de le proposer aux 2 établissements creusois qui accueillent les patients en hôpital de jour et en hospitalisation complète.

Publics visés par le projet

La population visée par ce projet est tout d'abord les patients en cours de traitements, mais aussi les patients en post-cancer, quel que soit leur âge et l'organe touché sauf les enfants que je ne prend pas en charge. Pour les personnes en traitement c'est leur permettre d'avoir des moments d'évasion, de détente afin de mieux appréhender les traitements. Pour les patients en post traitement c'est de prévenir le sentiment de rupture et d'abandon, de solitude ressenti à l'arrêt des traitements. Dans un second temps, si ce projet trouve écho, et apporte des bénéfices réels pour les patients, je souhaiterai l'étendre aux aidants.

Nombre de patients touchés par votre projet

40

Présentation des objectifs et bénéfices visés

L'objectif est de pouvoir enrichir l'offre en soins de support sur le département, de rompre l'isolement social et géographique des patients par le biais de cette "thérapie du rire" dont nous pouvons attendre plusieurs bénéfices. D'après la documentation que j'ai pu parcourir, les bénéfices du rire dans le temps sur la maladie et après la maladie sont multiples : anti-douleur, facilite la digestion, anti-stress, favorise le sommeil, stimule le fonctionnement du système immunitaire... En somme, le rire améliore la santé, diminue l'état dépressif, augmente notre capacité respiratoire et nettoie nos bronches, agit comme un anti-inflammatoire et diminue la pression artérielle. Le rire prévient, lutte, contre la sensation de fatigue et augmente le seuil de tolérance à la douleur. Le rire est une pulsion de vie et d'énergie, il redonne le moral, le goût de vivre, améliore la mémoire et capacités intellectuelles.

En quoi votre projet est-il facilement reproductible et déployable en France ?

Ce projet peut en effet être facilement déployable car il nécessite l'intervention d'un seul animateur pour un groupe. Les locaux et les financement peuvent être pris en charge par des associations d'usagers, et ne demandent pas d'investissement matériel.

En quoi votre offre de soins de support se démarque-t-elle sur le terrain ?

Cette offre se démarque tout simplement parce qu'elle n'existe tout simplement pas sur notre département. En ville, elle me permettra de mieux faire connaitre les associations d'usagers, et donc l'offre en soins de support qu'elles sont en mesure de proposer. Dans les établissements, l'animateur du groupe pourra travailler en collaboration avec les professionnels des services dans des staffs de soins de support, ainsi ce professionnels pourra faire des retours sur la vie du groupe,et dans l'autre sens les autres professionnels pourront faire des retours sur les bénéfices ou l'absence de ceux-ci pour chaque patients participants, et lui permettra si nécessaire de réajuster l'animation.

Comment se caractérise la souplesse d'organisation de votre projet vis-a-vis des patients ?

Tout d'abord en ville la possibilité d'avoir à disposition un local seulement 2 fois par mois au sein d'une association d'usagers, qui sont facilement identifiables, accessibles à tous publics. Ensuite la possibilité de proposer des séances en fin d'après-midi, permettant aux personnes qui travaillent de pouvoir participer. Il en va de même pour les hôpitaux en ce qui concerne la mise à disposition d'une salle, l'accessibilité et les horaires.